Publié : 16 mai 2011

Le musée de la poste - CP/CE2

Les classes de CP et de CP/CE2 sont allées visiter le musée de la poste de Paris.




Au programme : une visite du musée pour la classe de CP et un atelier sur les messages secrets / messages codés pour la classe des CP/CE2.

Voici ce que nous y avons appris.

La scytale

Durant l’Antiquité, pour faire passer un message secret, on se servait d’une scytale. C’est un bâton de bois que l’on utilisait pour écrire puis déchiffrer le message.


Pour pouvoir décrypter un message, il fallait donc que le destinataire du message ait exactement le même bâton. Si le diamètre était différent, alors le message n’était pas déchiffrable.

C’est un messager qui apportait le message de l’expéditeur au destinataire : il pouvait le nouer autour de la taille et donc le porter comme une ceinture.... cela passait inaperçu ! N’est-ce pas ingénieux ?

Nous avons pu tester cette méthode de cryptage à l’aide de bâtons en plastique.
Tout d’abord, nous avons enroulé une bande de papier autour du tube. Il fallait faire bien attention à faire correspondre les bords de la bande pour qu’il n’y ait aucun espace ni chevauchement.


Puis nous avons écrit notre message sur la bande de papier enroulée autour du tube.



Enfin nous avons déroulé le papier pour constater que le message qui apparaissait sur la bande était illisible sans la scytale.


Petite histoire

Toujours durant l’Antiquité, les rois ont trouvé une nouvelle façon d’envoyer des messages secrets. Le roi Nabuchodonosor écrivait ses messages sur le crâne rasé de ses esclaves. Une fois que leurs cheveux avaient repoussé, il les envoyait à ses généraux qui n’avaient plus qu’à raser de nouveau le crâne des esclaves pour pouvoir lire le message.

L’avantage de ce procédé est que l’on sait si le message a été ou non intercepté : si le crâne est déjà rasé, alors c’est que le message a déjà été lu. Cependant, c’est un procédé qui prend beaucoup de temps puisqu’il faut tatouer le message et attendre la repousse des cheveux ...

Le pli

Cela ressemble à une enveloppe mais ça n’en est pas vraiment une. En fait, le message est directement écrit sur une feuille de papier qui est pliée pour former une enveloppe. Pour être sûr que personne ne la lise, on la ferme avec un point de cire.
On peut aussi utiliser un sceau pour sceller la lettre.

Si la lettre a été ouverte par une autre personne que le destinataire, celui-ci s’en aperçoit puisque le point de cire est défait.

Voici comment l’on construit un pli :

Tout d’abord, écrivez votre message.

Pliez la feuille à un peu plus de la moitié et rabattez l’autre bord pour que les deux bords se touchent.

Rabattez les deux coins à la même hauteur mais sans qu’ils se touchent.

Rabattez ensuite le bas en laissant un petit espace avec les coins.

Puis rabattez la pointe vers le bas.

Il ne reste plus qu’à écrire l’adresse et à sceller la lettre. C’est encore mieux si on a un sceau à apposer !!

Et voilà le résultat !

Le télégraphe de Chappe

Pour que ce télégraphe fonctionne, il faut placer des sémaphores en haut de tours. Les tours sont distantes de plusieurs kilomètres. A chaque position de bras correspond une signification particulière.

C’est une moyen de communication plus rapide que les précédents puisque personne n’a besoin de se déplacer.

Mais il ne fonctionne pas la nuit ! Hé oui, la lumière du jour est indispensable pour pouvoir voir la position des bras du télégraphe.