Vous êtes ici : Accueil > Archives > Les 40 ans de l’école > Qu’y avait-il avant la construction de l’école ?
Publié : 27 octobre 2012

Qu’y avait-il avant la construction de l’école ?

Voici ce qu’ont imaginé les CM2 du double-niveau ... sur ce qu’il y avait 40 ans en arrière, avant que l’école ne soit construite ...

Une prison ? Une gare ? Une décharge d’ordures ? Une ancienne école militaire ? Un vieux manoir ? Une grande forêt ? Une école hantée ? ...

- Un jour, je me promenais dans la rue et je rencontrais un voyou qui avait fait de la prison et il me dit :

« Tu savais, petit, qu’avant, (il désigna du doigt l’école) il y avait une petite prison avec des cellules toutes petites. J’étais le seul détenu. La prison était infestée de rats. Des renards venaient durant la nuit et le geôlier était complètement saoul.

J’ai profité d’une nuit pareille où le geôlier était tombé sous l’effet du vin, pour filer à l’anglaise. Les clés étaient tombées près de ma cellule, je les ai récupérées et je me suis enfui.

C’est pour ça que je me tiens en chair et en os devant toi ! » (Mathis)

- L’année scolaire 2012/2013 est l’anniversaire des 40 ans de l’école des Renards. Mon grand-père m’a dit qu’il avait un ami qui avait fait la rentrée 1973.

Mon grand-père m’a raconté tout ce que son ami lui avait expliqué :

« En 1971, j’avais 8 ans et je passais en CE2… Mon école est à 2 km de chez moi. A côté de chez moi, il y a la seule gare de Fontenay. Aujourd’hui, 22 novembre 1971, j’ai piqué le journal de mon père et j’ai crié : YAHOO !!!! J’ai vu qu’ils allaient démolir la gare car il y avait trop de renards et ils effraient les voyageurs. ET ils vont construire une école.

Ils ont mis un an et demi à la construire. Un an et demi de patience. ET le 2 septembre 1973, la première année à l’école des Renards était née !! »

Bon je te laisse. Maintenant je sais tout. (Antoine)

- Au tout début, il y avait un petit bois et à côté du bois, une décharge.

Les renards qui habitaient dans le bois aimaient bien aller dans la décharge. Mais, dans le bois, il restait de vieux bâtiments en bois qui avaient été détruits il y a une dizaine d’années.

De plus en plus d’enfants arrivaient et il n’y a pas assez d’ école, alors le maire prit la décision d’en construire une nouvelle.

Le bois des vieux bâtiments était parfait mais la décharge gênait. Alors le maire la fit détruire car en plus elle ne servait plus à grand-chose.

On coupa le bois et on détruit les vieux bâtiments pour garder les pièces utiles et on construit une école neuve.

Pour ne pas gâcher de la place, on construit une école élémentaire et une école maternelle. Après plusieurs mois de construction, l’école fut terminée.

Les renards durent s’habituer rapidement. C’est pour cela que l’ école se nomme maintenant l’école des renards. (Alexandre)

- Un jour, je passais dans la rue et j’ai vu un vieux monsieur qui avait une centaine d’années. J’ai vu qu’il regardait cette école.

Je lui ai demandé : « Qu’est-ce que vous regardez ? »

Il avait des larmes aux yeux et il m’a dit :

« C’était mon ancienne école militaire et là, dans la cour, il y avait un champ où on tuait des renards pour nous nourrir.
Puis, il y avait aussi mon pote Benoît. C’était un rigolo, celui-là ! Mais, il est mort dans une violente tempête. Ensuite, on a tout démoli car dans la ville il fallait construire une école. J’étais triste mais en même temps content car j’étais le seul survivant ».

C’est ainsi que le vieux monsieur est devenu mon ami. (Pauline)

- Nous sommes en 1969. Je m’appelle Jean et j’habite au 82 de la rue Boris Vildé. C’est l’hiver et les renards hantent nos rues de Fontenay-aux-roses.

Ils vont tous à la décharge qui est tout près de chez moi. Mais pour aller à l’école, c’est pire. Dès que vous sortez de votre maison, un vent glacé entre sous votre uniforme. Heureusement, dans trois ans, une nouvelle école sera construite à la place de la décharge. Mais d’ici-là, je serai déjà au collège qui est plus loin, à Antony, une ville voisine. Sauf que nous n’avons pas de voiture et que d’ici à Ste-Marie (mon futur collège), il y a une bonne heure de marche. (Aurélien)

- Un jour, je suis allée dans un parc et j’ai vu un vieil homme s’approcher de moi puis il me dit « Tu vois cette école avant qu’elle ne soit construite il y avait un très grand manoir et dedans il y avait des renards, beaucoup de renards.

Ces renards n’étaient pas normaux. Ils pouvaient parler. Ils étaient courageux d’habiter dans un endroit pareil car ce manoir était hanté. Il était infesté de morts-vivants et de vampires. Ces vampires mangeaient tout ce qu’il voyait sur leur passage et un jour les vampires ont vu un renard et ils l’ont mangé.

La famille du renard était triste mais en même temps contente car le renard était un peu énervant. » (Emmie)

- Un jeudi matin, une vielle femme qui s’appelait Marie m’a dit qu’avant il y avait une grande forêt. On l’appelait « La Forêt des Renards ». Comme son nom l’indique, il y avait des renards et il y avait une grande mare où il y avait des canards, des oies, des cygnes, des poules d’eau. C’était la forêt qui avait le plus de cerfs et n’oublions pas les écureuils.

Il y avait tellement de visiteurs qu’on récoltait dix mille euros en un seul jour. Il y avait tellement d’espèces qu’on ne put pas toutes me les dire car c’était l’heure, on devait rentrer à l’école car la grille était ouverte. (Louis)

- Avant il y a 40 ans, il y avait une école hantée. Dedans, il y avait des fantômes, des loups garous, Barbe bleu et bien d’autres créatures encore.

Et dans cette école, il y avait des enfants horrifiés (Ceux qui n’étaient pas sages à la maison par exemple.)

Les maîtres et les maîtresses, c’étaient des morts-vivant avec une tête de loups garous et une barbe bleu.

A côté, il y avait un cimetière. Voilà ce qui causait ce désordre pas possible.

Et après, pour la démolir, c’était dur car les créatures effrayaient les ouvriers. Il fallut plus de 10 ans pour reconstruire une nouvelle école car les ouvriers ne savaient pas qu’il avait un cimetière à côté.

On donna le nom de l’école des Renards car on ne voulait pas horrifier les enfants qui la fréquentaient. (Manon)

- J’ai rencontré un vieux monsieur qui s’appelait Jean-Pierre et qui a 99 ans, il avait une grande barbe noire. Il m’a dit qu’avant l’école il y avait plein de renards mais les humains les dérangeaient beaucoup car ils prenaient leur territoire pour une décharge.

« Ça petit c’était il y a 40 ans maintenant c’est une belle école avec de bon maître comme monsieur Lanot ». Avant ce n’était pas comme ça, mais par exemple je faisais des batailles de gomme mais j’ai été puni plusieurs fois, environ 70 punitions par année à peu près.

Il fallait juste recopier 100 fois « je ne dois pas faire de bataille de gomme en classe. Une horreur absolue ! Mais ça, c’était le passé. Je lui ai dit au revoir et j’ai continué ma route. (Benjamin)

- J’ai regardé sur internet ce qu’ il y avait à l’emplacement de l’école avant qu’elle ne soit construite et j’ai trouvé que c’était une forêt.

Cette forêt occupait la place de l’école élémentaire et maternelle. Elle était remplie de renards. Dans chaque allée où on allait, on voyait des renards.

Puis les renards se sont incrustés dans les résidences aux alentours. Ça a énervé les habitants et ils sont allés se plaindre à la mairie. Alors on a coupé tous les arbres, chassé tous les renards, on a tout refait.

Et puis on a construit ensuite cette école qui s’appelle l’école des Renards. (Joumène)

- Il était une fois, une école magique. Les enfants étaient princesses, fées et elfes de contes de fées.

Parmi les profs, il y avait madame Clarinette, une fée toujours souriante, monsieur Laboue, ce prof plutôt de mauvaise humeur et madame Lolita une princesse prétentieuse.

C’était une école un peu nunuche, quoi ? Nunuche jusqu’à que ce prof monsieur Terreur arrive.

Maintenant les élèves sont terrifiants. Croyez-moi, il faut mieux ne pas les rencontrer. (Claire)

La vérité est différente ... Nous avons trouvé ce qu’il y avait sur l’emplacement actuelle de l’école avant que cette dernière ne soit construite.

C’était une carrière de sable exploitée à partir de 1880 au lieu-dit « les
Renards ».

Notre découverte ne s’arrête pas là puisque dans cette carrière plusieurs objets préhistoriques furent mis à jour :

haches, lames, grattoirs... ainsi que les deux morceaux d’arbres
fossilisés.

L’abondance des découvertes a donné lieu a un article rédigé
en 1933 par les exploitants.

Intitulé « La station préhistorique de Fontenay-aux-Roses », ce témoignage apporte quelques précisons :

« A Fontenay, nous avons […] trouvé quelques rares morceaux de
bois silicifiés [transformé en un corps solide d’une grande dureté],
probablement du Cuprecinoxylon. Cette carrière bien exposée au
midi, bordée au sud par plusieurs sources, lesquelles alimentent un
petit ruisseau, était tout indiquée pour l’emplacement d’une
habitation préhistorique [...].